Résultats de votre recherche

Avril/mai 2019, 520 kilomètres sur le GR1, grande boucle autour de Paris

Posté par vegaroma le 28 mai 2019

Il y avait 1 ans que Véga et moi n’étions partis en randonnée. Cela nous manquait !.

Heureusement, Martine m’avait proposée de faire le GR1 qui est une grande boucle autours de Paris. Traditionnellement, elle part de la Défense. Pour nous, le départ s’est fait du pré de Domont, habitat traditionnel de Véga, le 24 avril, par un temps maussade.

Que dire de cette randonnée ? 

Le GR1 est très agréable à marcher. Pour les amateurs, il est possible de le faire en plusieurs fois car il y a de nombreux accès à partir des gares de banlieue. Nous avons du reste rencontré une équipe de randonneuse au cours de notre périple avant l’arrivée à Meaux.

Le chemin est bien balisé, traverse de nombreuses forêts et bois, et, globalement, emprunte peu de goudron. Les paysages sont variés en fonction des régions traversées et il nous permet de découvrir des monuments improbables, témoins de centres d’activité importants dans le passé.

Le faire avec un âne nous expose à des difficultés supplémentaires : escalier, chicanes étroites ou barrières infranchissables pour une bête de plus de 300 kilos, pas d’escalade… Cependant, Véga est une si bonne randonneuse, que je n’ai dû faire que 2 ou 3 détours face à des difficultés qui l’auraient mise en danger.

Cette année fut pluvieuse. Très pluvieuse même, à tel point, que, sur la fin, en prévisions de pluies à venir après 3 jours de beau temps, j’ai coupé 2 boucles du GR pour raccourcir le trajet de 1.5 à 2 jours de marche.

Comme d’habitude, j’ai fait beaucoup de rencontres agréables, chaleureuses et réconfortantes.

Un merci particulier pour leur gentillesse et cordialité à :

- Daniel, Jacques et Philippe du centre équestre de Dammartin qui m’ont offert le gîte et avec qui j’ai passé une excellente soirée. Je crois avoir fait un émule auprès de Jacques qui rêve maintenant de rando au long cours avec une âne !

- Valérie et Serge à Boigneville, qui m’ont fait me détourner de quelques kilomètres du tracé afin de faire paître Véga dans leur jardin et profiter d’un repas convivial. Le lendemain, Serge a poussé la gentillesse en faisant une 12 aine de kilomètres avec moi.

- Bernard, à Boissy sous St Yon qui, alors que je cherchais un lieu de bivouac en angoissant  en raison des orages attendus, m’a proposé de dormir dans une caravane, au sec et sur un bon matelas.

- XX et YY au hameau des Moutiers ou je suis resté 2 nuits à cause de la pluie et qui m’ont permis de me mettre régulièrement au chaud devant un café

- Déborah et David à Neauphle le Vieux qui, outre une soirée agréable m’ont fait découvrir la farine de lentilles avec laquelle ont fait (entre autre) d’excellents sablés

- Sandrine, Gilles et leurs enfants à Longuesse chez qui, après un bon repas familial, j’ai passé ma première nuit dans un lit depuis mon départ du 24 avril. C’est à eux, qui sont âniers, que j’avais acheté Véga en 2016. Ils ont toujours répondu présents lorsque je me suis trouvé en galère par méconnaissance des « petits bobos » dont peut souffrir un âne, que ce soit pendant le périple à Rome, ou ensuite, au pré ou en randonnée.

- et enfin, à Marie Agnès et Philippe, à Ennery, qui se sont mis en 4 pour nous trouver un lieu de bivouac, sont venus le matin avec le petit déjeuner, accompagnés des élèves de l’école avec qui nous avons ensuite fait un bout de chemin.

Mais trêve de discours, place maintenant aux photos qui ont jalonnées nos pas.

20190424_092723 (FILEminimizer) 20190426_093602 (FILEminimizer) 20190426_100239 (FILEminimizer)

Départ forêt de Montmorency, puis celle de l’Isle-Adam et enfin de Carnelle. Une ancienne borne est devenue tuteur !

20190426_124307 (FILEminimizer) 20190426_125132 (FILEminimizer) 20190426_130211 (FILEminimizer)

Ballade agréable avec un ciel bleu le long des étangs de Comèle. Au fond, le château de la Reine Blanche.

20190426_152656 (FILEminimizer) 20190426_153032 (FILEminimizer) 20190427_114018 (FILEminimizer)

Le joli château de Pontarmé. Je  profite de la pause du midi pour faire sécher le tente qui est trempée tous les matins

20190429_102543 (FILEminimizer) 20190429_110014 (FILEminimizer) 20190429_170616 (FILEminimizer)

Le canal de l’Ourcq avant d’arriver à Meaux (la mairie). L’église de Crécy la Chapelle

20190429_141518 (FILEminimizer) 20190429_141637 (FILEminimizer) 20190430_144149 (FILEminimizer)

Le GR coupé par un dépôt sauvage derrière lequel je découvre, scandalisé, un piano à queue. Rencontre avec un autre randonneur, Cédric et son cheval blanc aux yeux bleus, Nachoba Adaïs

20190430_112339 (FILEminimizer) 20190503_122453 (FILEminimizer) 20190503_134228 (FILEminimizer)

Le GR étant prévu pour les piétons, je suis confronté régulièrement à des passages étroits où Véga, en bonne randonneuse, passe sans problème dès que je lui ai retiré les sacoches. Par contre, pour passer ce pont, elle a hésité une bonne 1/2 heure. Au suivant, elle a préféré passer à gué. Et on dit que les ânes ont peur de l’eau !

20190501_142420 (FILEminimizer) 20190502_095021 (FILEminimizer) 20190502_102600 (FILEminimizer)

Par contre, il est des obstacles qui m’obligent à trouver un autre chemin ! Heureusement que le GPS est équipé d’une cartographie détaillée !

20190502_143431 (FILEminimizer) 20190503_094127 (FILEminimizer) 20190506_094334 (FILEminimizer)

Malgré la pluie qui tombe presque en permanence, je suis récompensé soit par des beau bâtiments, soit par des « vieilleries ». Ancienne commanderie Templière en restauration, au milieu de nulle part

20190503_102812 (FILEminimizer) 20190503_102645 (FILEminimizer) 20190503_110741 (FILEminimizer)

Le château de Blandy les Tours qui appartenait dès le 12ème siècle aux comtes de Melun. Quelques travaux à prévoir

20190503_151324 (FILEminimizer) 20190504_133835 (FILEminimizer) 20190505_144053 (FILEminimizer)

Vaux le Vicomte (sous la pluie !) puis la forêt de Fontainebleau où je m’aperçois que Véga n’a pas perdu depuis les chemins escarpés du périple à Rome

20190505_113539 (FILEminimizer) 20190505_164648 (FILEminimizer) 20190506_120757 (FILEminimizer)

Reconstruction du paysage de lande dans la forêt de Fontainebleau. Passage étroit entre 2 rochers, Véga a forcé, une sacoche n’a pas apprécié. Repos du midi

20190506_134917 (FILEminimizer) 20190506_151740 (FILEminimizer) 20190507_165456 (FILEminimizer)

Plus de 2 heures avant qu’elle ne décide à passer. Je n’ai rien compris car elle a fait pire en traversant le Po en Italie. Joli manoir. Vue sur Boissy le Cutté. Nous avons û trouver un autre chemin que le GR car ce dernier descendait à travers ces Rochers et c’était trop dangereux pour Véga.

20190508_151926 (FILEminimizer) 20190508_153028 (FILEminimizer) 20190508_165350 (FILEminimizer)

Passage sous la RN20. après quelques hésitations, ma brave Véga a bien pris les escaliers. Je suis sûr que les personnes qui sont confrontées aux CRS préfèreraient ceci.

20190509_093047 (FILEminimizer) 20190509_093242 (FILEminimizer) 20190509_093313 (FILEminimizer)

l’étonnante église de Saint Sulpice de Favières. et l’ancienne porte.

20190510_142354 (FILEminimizer) 20190510_153945 (FILEminimizer) 20190511_083125 (FILEminimizer)

Saint Arnoult en Yvelines. Plus joli que les barrières de péage! Champ de muguet en forêt de Rambouillet. Lavoir de Moutiers où l’on m’avait conseillé de bivouaquer le veille. Heureusement, j’avais préféré monter le tente. Il a plu toute la nuit et toute la journée suivante.

20190512_144713 (FILEminimizer) 20190512_150445 (FILEminimizer) 20190512_183400 (FILEminimizer)

Le parc et le château de Rambouillet. Bivouac agréable (le ciel s’est enfin dégagé) près de l’étang de Coupe-Gorge

20190513_094407 (FILEminimizer) 20190513_105707 (FILEminimizer) 20190513_143230 (FILEminimizer)

Chêne remarquable en forêt de Rambouillet. Flânerie sous un ciel bleu le long de l’étang de Hollande. Vieille porte dans Montfort l’Amaury.

20190513_162250 (FILEminimizer) 20190515_103637 (FILEminimizer) 20190515_150254 (FILEminimizer)

Venez voir, un âne passe ! Vue sur Triel sur Seine. Château de Villette où fut tourné le film Da Vinci Code.

20190515_152630 (FILEminimizer) 20190516_101925 (FILEminimizer) 20190516_130453 (FILEminimizer)

Vues sur Sagy et Condécourt. Croix pattée du Vexin.

20190517_090054 (FILEminimizer) 20190517_101250 (FILEminimizer) 20190517_105553 (FILEminimizer)

Au matin, à Ennery j’ai eu la visite des enfants de l’école qui m’ont ensuite accompagné un bout de chemin. Moments inoubliables que de voir cette complicité entre l’animal et les enfants. Je ne sais comment elle est passée. J’avais enlevé sacoches et bât. Le temps que j’amène le bât et le tapis plus loin, elle était du bon côté.

IMG_81671 (FILEminimizer) IMG_81711 (FILEminimizer) 20190517_135338 (FILEminimizer)

En forêt de l’Isle-Adam, autre rencontre forte de Véga et d’enfants. C’est incroyable de voir le plaisir qu’elle prend à ce faire chouchouter par les enfants (elle en ferme les yeux de plaisir). Château d’Auvers, fin du voyage le 18 mai, après 520 kilomètres parcourus.

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Mai/juin 2018, boucle en direction du Chemin des Dames, à la mémoire de nos poilus

Posté par vegaroma le 28 octobre 2018

 20180528_093511 20180528_164328

Départ d’Ecouen le 28 mai                                                 Château de la reine Blanche près de Coye la Forêt

20180530_09162520180530_092225

Les chemins sont détrempés tant il a plu !                            Les routes vicinales sont couvertes de boue

20180530_11464420180530_114445

Au début, Véga évite les laisses d’eau, mais elles sont tellement nombreuses qu’elle fini par y aller !

20180530_093635 20180530_093806

Le chemin me fait découvrir des beaux bâtiments, l’église de Roberval

20180530_10453120180531_112211

Le château de Verberie sur les bords de l’Oise                   Compiègne, sa cathédrale

20180531_11534420180531_124755

Et le palais Napoléon 3 vu de la place impériale,…                                 et de derrière

20180531_163028 20180531_164609

La rotonde de l’armistice et un char Renault de la victoire

20180601_11122420180601_164936

J’avais repéré ces bornes depuis un moment avant de pouvoir en saisir une avec sa date !  un abris pour un bivouac pluvieux !

 

20180601_140425 20180601_140657

Détail de l’église de Tracy le Val

20180602_114527 20180602_134310

Véga parmi les coquelicots                                                   Arrivée sur le village de Selens

20180602_172413 20180602_172654

Les ruines magnifiques de Coucy le Château et Véga au pied des murailles

20180604_112401 20180604_112450

Véga a, je ne sais pourquoi, refusé de passer cette passerelle. Il m’aura fallu presqu’une heure pour la lui faire franchir !

20180605_093453 20180605_130022

Nous y sommes, et déjà les stigmates de ces heures terrible se découvrent

20180606_090042 20180606_093012

Les cultures ont nivelé les terres, mais dès que l’on pénètre dans les bois, 1 siècle après, les trou d’obus nous rappellent les horreur qu’on dû subir nos ancêtres

20180607_150755 20180606_110805

Cet arbre tombé à cause de la terre détrempée a eu raison de Véga. Nous avons fait un détour de plusieurs kilomètres pour retrouver notre route.

Tous les villages ont subit des dégâts importants. Tous les clochers ont été reconstruits après guerre

20180606_162704 20180608_124457

Charmant chateau au milieu de nulle part                       et monument également perdu au milieu de nulle part

20180608_152948 20180608_170806

Véga est victime d’une fourmilière. Je la soigne à l’eau oxygénée avant de trouver un maréchal ferrant. Chateau de Vic sur Aisne

20180609_171523 20180609_173304

Pierrefonds

20180609_180210 20180610_112538

Véga en admiration devant l’escalier qu’elle vient de monter. Moi, j’ai contourné cet arbre, Véga, elle, est allé tout droit à travers les branches !

20180610_120716 20180611_100039

Entrée de l’abbatiale de Saint Jeau au Bois                     Le GR, non entretenu sur cette parcelle est envahi par les ronces, orties, …. j’y ai gagné une bonne 20aine de tiques !

20180614_100011

Dernier bivouac dans un paysage charmant avant le retour à la maison.

400 kilomètres parcourus avec Véga.

La prochaine rando commune était prévue dans le Lot en octobre, mais, Martine s’étant cassé la tête de l’humérus en tombant, la prochaine rando avec Véga sera au printemps 2019, le GR1 qui fait sur un peu plus de 500 kilomètres, le grand tour de Paris.

A 2019 donc !

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Randonner avec un âne : matériel et organisation

Posté par vegaroma le 3 mai 2018

Suite à mon retour de Rome, j’ai effectué quelques modifications, à mon matériel. Depuis, l’ayant resté sur 3 randonnées de plusieurs jours, j’en suis arrivé à une situation qui me satisfait pleinement.

Aussi, j’écris cette page afin de partager mon expérience avec les habitués et ceux qui souhaiteraient se lancer dans cette belle aventure de la rando avec les « grandes oreilles »

Pour l’ensemble de mon matériel (sauf les sacoches), j’ai choisi une couleur facilement repérable dans la nature car pour ainsi dire absente : le bleu vif et du rouge pour le  couvercle des boites.

 

Le tapis de bât

Prendre un tapis déhoussable constitué d’un fourreau en coton épais et tapissé de feutre épais avec double épaisseur au niveau des patins. On peut en trouver soit chez Cheval Paradis, http://www.chevalparadis.fr, ou d’autres fournisseurs. Recherche Google   « tapis de bât déhoussable »

 

Le bât

Après une expérience plus que malheureuse avec un bât Randoline, j’ai fabriqué mon propre bât qui est parfaitement adapté au dos de Véga.

Entretenir le bois avec un mélange de 25% de térébenthine et 75% d’huile de lin, et le harnais en cuir avec de l’huile de pied de bœuf.

Véga bât maison_2

Mon bât « maison et le tapis déhoussable. Noter que l’on peut harnacher aussi bien du côté droit que du côté gauche.

 

Les sacoches

Fabrication personnelle en toile de bâche de camion, renforcées sur toute leur périphérie avec de la sangle de ceinture de sécurité récupérée dans une casse de voiture. Fermeture velcro large. 60 litres chacune et de couleur verte. Pour qu’elles ne se déforment pas, je les aie rigidifiées avec des plaques de PVC alvéolaire (panneau de permis de construire, chantier, agence immobilière,…)

sac 2

Chaque sacoche possède une petite poche extérieure à l’arrière. Le fond en est percé pour laisser écouler la pluie

20180317_142729

Le capitonnage intérieur en PVC alvéolé permet aux sacoches de garder leur forme. Au sol, 2 des boites.

 

Le chargement des sacoches : je mets sur l’avant (qui absorbe les chocs) mes sacs à duvet et vêtements ainsi que mes bidons d’eau (que je ne remplis que le soir avant de monter le bivouac). La tente repose au fond de l’une des sacoches. Le reste du matériel est réparti dans des boites hermétiques. Il est important de veiller à la solidité et la souplesse des boites c’est la raison pour laquelle mon choix s’est porté sur le modèle  « Grand chef » de 6.5 litres de chez Curver pour les 5 boites principales. Chaque boite est fermée avec un élastique (chambre à air de voiture)

L’avantage de ce rangement est multiple :

-          les sacoches ne font pas le « ventre ».

-          chaque boite est dédiée : affaires Véga, Outils, Cuisine, ….

-          le poids en est connu d’avance et facilite l’équilibrage des sacoches

-          le chargement des sacoches après bivouac est beaucoup plus rapide qu’avec des contenants non uniformisés

 

Les licol, longes et piquet :

Un licol en cuir échauffe moins la peau au long court et par grande chaleur

Une longe de 2 mètres pour la mener.

Une longe de bivouac de 10 mètres en câble acier de 3mm et de 500kg de charge de rupture passée dans un tuyau en PVC armé de même longueur et  diamètre 8/12. La longe de bivouac est équipée côté âne d’un émerillon qui évite au câble de s’entortiller ;  fabrication personnelle. Deux mousquetons (à vis) permettent de raccorder la longe d’un côté au piquet de bivouac, de l’autre à Véga. Piquet également de fabrication personnelle : fer à béton de 12 de section,  long de 50cm. Il est muni d’un anneau qui tourne et dans lequel on fixe la longe de bivouac.

réduit  20180424_104315

Le piquet et la longe de bivouac sont fixés sur le bât et sont à portée de main.

Remarquez les petits picots qui empêchent les cordelettes de suspension des sacoches de glisser mais permettent néanmoins de les retirer rapidement en cas d’urgence.

 

La boite de soins pour Véga, 3 kilos

réduit  20180423_170645

Filet anti-mouches, répulsif, gants, cure sabot, étrille, tire-tique, spray pour les plaies, éosine, ciseaux, couteau à crin, bétadine, pommade cicatrisante, talc, savon de Marseille, graisse pour les sabots, brosse, pierre à sel.

 

La boite cuisine, 2,8 kilos

réduit  20180423_174039

Pare-vent, casserole diam 16 anti-adhésive, cafetière Italienne, spatule, tire-bouchon/ouvre boite, épluche légume, cuillère métal, râpe, éponge et gratounet, filtre pour purifier l’eau, liquide vaisselle, poignée et passoire.

 

La boite outils, réparation et électricité, 3,8 kilos

réduit  20180423_172432

Boite outils et pièces de bâche, cordelette (tente, fil à étendre le linge, …), recharge gaz pour briquet, boite accessoires électrique, mousqueton de rechange, 2 tubes de réparation pour les mats de la tente, 2 stylos de rechange, 1 massette de 1 kilo (piquet de bivouac et tente), des petits élastique de rechange (chambre à air de vélo), épingles à linge (boite orange), 1 boite accessoires de couture, 1 poinçon (pour la couture des pièces épaisse tel que le cuir), 1 Speedy Stitcher (couture), des élastiques de rechange.

En randonnée au long court (plusieurs mois), il peut être utile de prévoir dans la boite à outils un peu de colle tuyau PVC pour renforcer la toile au niveau des éraflures

réduit  20180423_172625réduit  20180423_172931

Détail de la boite à outil et de la boite à couture. Fil de différente grosseur, ru-balise, sangles diverses, réparation matelas à air, colle glue,

réduit  20180423_173242

Fils USB divers, adaptateurs à vis et à baïonnette (si pas de prise de courant, on peut ainsi charger), 2 piles lithium 1;5 volts, 2 chargeurs USB, le chargeur pour les piles lithium 1.5 volts rechargeables, 1 batterie de 22000mA.

 

Les 2 boites de réserve d’épicerie oscillent entre 1,5 et 2,8 kilos chacune

Huile d’olive, vinaigre balsamique, sel, poivre, épices, lait, purée, riz, sucre en poudre, pates, et divers produits frais et conserves achetés le long du chemin. Je répartis à poids égal dans chacune des 2 boites.

réduit  20180423_174645

Les 2 boites épicerie, la pharmacie et les 2 bidons d’eau

 

La boite réchaud à essence Coleman 441, 1 kilo

L’avantage de l’essence est qu’on en trouve partout et que c’est insensible au froid (le gaz gèle). Comme l’essence voiture n’est pas pure, j’avais également amené quelques millilitres de nettoyant injecteurs moteur à essence. 20 à 25 gouttes par plein du réchaud. L’essence est stockée dans une gourde métallique. J’avais un emballage de Confipote en guise d’entonnoir pour remplir le réchaud, et un briquet tempête pour l’allumage.

réduit  20180423_184928

Le réchaud, le briquet, l’entonnoir de remplissage (confipote), l’additif. La bouteille d’essence est stockée dans une des poches extérieure.

L’avantage de l’essence est qu’on en trouve partout et que c’est insensible au froid (le gaz gèle). Comme l’essence voiture n’est pas pure, il faut additionner chaque plein du réchaud avec 25 gouttes par plein du réchaud.

 

La boite pharmacie, 800 grammes

basique, dont bandes de contention et  huile essentielle de tea tree pour désinfecter et retirer les mauvaises odeurs de mes chaussures : 3 ou 4 gouttes sur la semelle suffisent.

 

La tente, 4 kilos

3 places (volume = confort), type dôme (volume intérieur), suspendue (possibilité ainsi de ne pas monter la tente intérieure) et munie d’une avancée qui permet de cuisiner à l’abri lorsqu’il pleut et de ranger les affaires de bivouac. Hauteur 1m30 pour le confort également.

 

Le sac matelas à air et gonfleur, 700 grammes

 

La trousse de toilette, 700 grammes

réduit  20180423_174837

La tente, machette, sac nuit, sac vêtements, trousse de toilette et matelas à air

Le sac « nuit », 2 kilos

-          duvet

-          drap de duvet

-          pyjama

-          étui à lunettes

 

Le sac « vêtements», 2,6 kilos au maxilmum

-          1 sous sac avec les sous-vêtements

-          1 sous sac avec les vêtements de rechange

 

Divers

-          La machette

-          Les 2 bidons de 5 litres pour l‘eau

-          Une petite bâche pour couvrir le bât la nuit et pour le pique-nique ou encore s’abriter de la pluie

-          Un seau en toile PCV repliable de 12 litres acheté en chine sur AliExpress. Le seau sert pour faire boire Véga et, par moment, pour se laver.

-          Panneau solaire de 18 watts

 

Dans mon sac à dos de 30 litres, 3,5 kilos

lampe frontale

- 4 accus lithium 1,5 volts de rechange pour le GPS

- GPS Garmin 35 avec cartographie et mes traces préparées d’avance

- liseuse

- casque audio

- lunettes de soleil

- monoculaire

- couteau fourchette verre

- vêtements chauds

- vêtements de pluie

 

Publié dans | 6 Commentaires »

Avril 2018, 4 jours à travers les forêts de Montmorency et l’Isle Adam vers l’est du parc du Vexin

Posté par vegaroma le 2 mai 2018

La temps aura été avec nous pendant ces 4 jours de rando très agréables, qui nous font traverser les forêts de Montmorency, de l’Isle Adam, pour nous mener dans l’est du parc régional du Vexin avant de revenir sur nos pas.

réduit  20180423_104136réduit  20180423_105906réduit  20180423_183444

Un vrai plaisir ces sous bois !                                   Rencontre avec les marcheurs du club « le bel âge » de Ermont      Premier bivouac

réduit  20180423_110912réduit  20180424_121059réduit  20180424_182502

Explosion de couleurs sur le Vexin en cette saison    Véga m’étonnera toujours : une toute petite hésitation avant de traverser !           2ème bivouac

réduit  20180425_120108réduit  20180426_095406

manger…. manger…. encore manger !

réduit  20180425_154707réduit 20180425_184442

3ème bivouac sur les berges de l’Oise et rencontre avec Bruno qui vient de pécher une carpe de plus de 16 kilos

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Petite balade de 3 jours dans le Vexin Mars 2018

Posté par vegaroma le 17 mars 2018

Dorian, jeune maréchal ferrant d’une 30 aine d’années que j’ai connu via le blog prépare un voyage à pied, avec son âne, Galopin, de Longuesse (95) ou il a acheté Galopin à Sandrine et Gilles LEMAIRE (Anes en Vexin) à Saint Véran, dans les alpes atlantiques, soit une randonnée d’environ 1200 kilomètres.

Avant de faire le grand saut, il voulait rester son matériel. Désirant moi également tester ma nouvelle organisation de rangement dans les sacoches, nous avons décidé de faire une petite randonnée de 3 jours dans le Vexin au départ de Longuesse.

Rendez-vous est pris à la maison lundi 12 mars à 8 heures. Nous attelons le van que je viens d’acheter, chargeons Véga à Domont ou elle a ses quartiers dans un grand pré, et nous voilà partis pour Longuesse. Le temps de prendre un café avec Sandrine, préparer les ânes, nous partons vers les 11 heures.

20180312_11143220180312_113956

Sandrine et Dorian préparent Galopin                              Avec ma nouvelle méthode de chargement, les sacoches tombent parfaitement

La journée du 12 est pluvieuse le matin et mitigée l’après-midi. Nous traversons de charmants villages fréquemment construits autour d’une vielle église de style roman. En fin d’après-midi, nous nous engageons dans une forêt ou la progression est rendue difficile car avec les dernières semaines pluvieuses, le sol détrempe n’absorbe plus l’eau et le chemin est régulièrement barré par des laisses d’eau pouvant atteindre plus de 10 mètres. Véga n’aimant toujours pas se mouiller les sabots, la traversée de ces laisses d’eau s’avère longue.

A la nuit tombante, nous sortons enfin de la forêt et pensons pouvoir planter la tente dans une prairie. Hélas, ce n’est pas un pré que nous découvrons mais une étendue d’eau stagnante. Heureusement, à l’orée de la forêt, nous avions repéré une cabane de chasseur avec un auvent ou nous installons notre bivouac près du village de Guitrancourt.

20180312_14495720180312_191346

L’église de Gaillon/Moncient                                             Nous sommes bien content d’avoir trouvé cet auvent pour bivouaquer !

13 mars, lever à 7 heures. Le temps de ranger, apporter les soins aux ânes, modifier le système de suspension des sacoches de Dorian au bât, nous partons à 10 heures. Belle journée avec de beaux rayons de soleil mais aussi beaucoup de vent dès lors que nous marchons à découvert dans les cultures. En fin de matinée, nous croisons un groupe de randonneuses avec qui nous restons parler marche puis nous arrêtons déjeuner avec une vue superbe sur le Vexin près de Follainville Dennemont.

L’après-midi, descente par un chemin agréable qui domine les méandres de la Seine, sous un beau ciel bleu sur Vétheuil. Nous remontons ensuite sur le plateau et plantons notre bivouac après le village de Saint Cyr en Arthies.

20180313_11013020180313_13343220180313_150158

Devant l’église de Fontenay St Père          Le sol est plus sec qu’hier !                                               La descente sur Vétheuil

20180313_17230520180313_183527

Notre bivouac                                                                       Véga en contre jour du coucher de soleil

14 mars, réveil à 7 heures, départ à 9h15. La marche, fort belle, s’effectue principalement à travers une magnifique forêt vallonnée de feuillus. Retour à Longuesse à 15 heures. Nous avons fait 62 kilomètres. Dorian a ainsi pu tester son matériel, améliorer la méthode de fixation de ses sacoches. Quant à moi, fort de mon expérience tirée de ma marche sur Rome l’année dernière, j’ai pu valider ma nouvelle façon de ranger mes sacoches. J’ai aussi pu valider que le bât que j’ai fabriqué à mon retour de Rome convenait parfaitement.

20180314_11104820180314_13502520180317_142729

Temps superbe et forêt agréable                                     Devant le château de Théméricourt                                  Mes sacoches renforcées et 2 de mes 5 boites de rangement

J’ai également pu tester les piles lithium rechargeables dans mon GPS. J’avais acheté 6 piles lithium AA rechargeables  de marque Kentli et un chargeur de 85 grammes sur AliExpress. Je n’ai pas eu besoin de changer les piles de mon GPS pendant ces 3 jours et, à l’arrivée, j’ai pu mesurer que je n’avais pas utilisé la moitié de la charge de ces accus !

Raisonnablement, je peux ainsi penser qu’avec mes 6 piles rechargeables, je dispose d’au minimum de 12 jours d’autonomie pour mon GPS.

Prochaine rando prévue, en solitaire avec Véga, du 16 eu 20 avril.

Publié dans Non classé | 4 Commentaires »

Retour d’expérience sur le matériel

Posté par vegaroma le 17 novembre 2017

Matériel pour l’ânesse

Tapis de bât Randoline. Rien à dire, constitué d’un fourreau en coton épais et fourré de feutre épais avec double épaisseur au niveau des patins.

Bât Randoline : à oublier. Je n’ai eu que des problèmes avec. En plus, il est cher et je me suis fait rembarrer par la gérante lorsque j’ai eu le malheur de faire des critiques (qui auraient peut être pu aider à améliorer le produit). Parmi les inconvénients majeurs : n’est pas rigide, patins trop petits, les butoirs des patins et le point de gravité trop haut sont la source d’un ballant très important dans les montées et descentes abruptes en sentier de montagne. Les fixations du harnais sont perfectibles. Heureusement, j’avais modifié le bât avant de partir entre autre en le rendant rigide. Malgré cela, le dos de Véga était écorché au bout de 1500 kilomètres  et je n’ai jamais pu la soigner entièrement sur la route. A la fin, j’ai évité les sentiers en montagne au profit du goudron car la pauvre Véga gémissait de douleur dans les descentes.

Avant de partir, entretenir le bois : 25% de térébenthine et 75% d’huile de lin, et le harnais en cuir avec de l’huile de pied de bœuf.

De retour, j’ai fabriqué un autre bât et n’ai même pas cherché à vendre le bât Randoline !

réduit  Véga bât maison_1réduit  Véga bât maison_2

Le nouveau bât que j’ai fabriqué. Testé sur de petites randos à la journée, je vais m’en servir en avril 2018 pour une rando de 450 kilomètres

Sacoches, fabriquées moi-même en toile de bâche de camion, renforcées sur toute leur périphérie avec de la sangle de ceinture de sécurité récupérée dans une casse de voiture. Fermeture velcro large. 60 litres chacune et de couleur verte.

sac 1sac 2

Licol, longes et piquet : licol en cuir et 3 longes. Une longe de 2 mètres pour la mener. Une longe en sangle de 20mm et de 5 mètres de long, équipée d’un côté d’un mousqueton rapide, de l’autre d’une poignée. Cette longe, fabrication personnelle, m’a principalement servie pour aider Véga à franchir des passages où elle hésitait : passerelles, gués, …. Une longe de bivouac de 10 mètres en câble acier de 3mm et de 5000kg de charge de rupture passée dans un tuyau en PVC armé de même longueur et  diamètre 8/12. La longe de bivouac est équipée côté âne d’un émerillon qui évite au câble de s’entortiller ;  fabrication personnelle. Deux mousquetons (à vis) permettent de raccorder la longe d’un côté au piquet de bivouac, de l’autre à Véga. Piquet également de fabrication personnelle : fer à béton  long de 50cm, d’une section de 12mm, il est muni d’un anneau qui tourne et dans lequel on fixe la longe de bivouac. Sans oublier (pour faire boire Véga) un seau en toile PCV repliable de 12 litres acheté en chine sur AliExpress. Le seau nous a également servi par moment pour nous laver.

réduit  20171117_135854

Le piquet et la longe de bivouac

Matériel de soin : étrille, cure pied, brosse plastique douce, ciseaux (couper les poils près d’une plaie), savon de Marseille (nettoyage plaies), bétadine jaune (désinfectant), crème cicatrisante, huile essentielle de tea tree (anti fongicide, bactéricide,…) et de lavande officinale (cicatrisant), gaze, bande de contention élastique. La pharmacie est commune à l’âne et à moi.

PS : je me sers également du tea tree pour désinfecter et retirer les mauvaises odeurs de mes chaussures : 3 ou 4 gouttes sur la semelle suffisent.

Pour l’ensemble de mon matériel (sauf les sacoches), j’ai choisi une couleur facilement repérable dans la nature car pour ainsi dire absente : le bleu vif.

 

Complément alimentaire : lorsque j’étais dans des régions ou l’herbe n’était pas assez riche, ou lorsque je voyais que Véga avait besoin de reprendre des forces, j’achetais entre 5 à 10 kilos de graines : 2/3 d’orge et 1/3 de maïs. Je demandais aussi par moment du foin. 1 pierre à sel de l’Himalaya (Décathlon) que j’ai coupée en 2 avant de partir pour une question de poids.

 

Matériel de camping et de réparation

Tente 3 places (volume = confort), type dôme (volume intérieur), suspendue (possibilité ainsi de ne pas monter la tente intérieure) et munie d’une avancée qui permet de cuisiner à l’abri lorsqu’il pleut et de ranger les affaires de bivouac. Hauteur 1m30 pour le confort également.

Réchaud à essence Coleman 441. L’avantage de l’essence est qu’on en trouve partout et que c’est insensible au froid (le gaz gèle). Comme l’essence voiture n’est pas pure, j’avais également amené quelques millilitres de nettoyant injecteurs moteur à essence. 20 à 25 gouttes par plein du réchaud. L’essence est stockée dans une gourde métallique. J’avais un emballage de Confipote en guise d’entonnoir pour remplir le réchaud, et un briquet tempête pour l’allumage.

réduit  20171117_142128

Cuisine : 1 parevent, 1 popote 1,5 litres, 1 bouilloire 1,2 litres, 1 petite cafetière Italienne à pression,  1 râpe (carottes, pdt, …), 1 passoire repliable en silicone, 1 boite 6 œufs en plastique, 1 boule à thé, 2 assiettes en plastique, 2 verres repliables en silicone, cuillère, fourchette, Opinel lame carbone n°6. 1 base de cuisine : huile et vinaigre balsamique chacun dans des bouteilles 50cl de coca, sel, poivre, épice tagine, épice curry, chacun dans des petits récipients plastique de 50ml, purée, lait, sucre, riz chacun dans des contenant récupérés : sucre en poudre ou mieux de farine (ouverture plus grande donc plus facile à recharger), du café moulu. L’ensemble est rangé soit dans des boites en plastique souple type Tupperware, ou des bidons étanches et des zip logs à curseur. Pour le transport de l’eau, nous avions 2 bouteilles de Badoit et 2 cubits de vin de 5 litres (bon, il faut boire les 10 litres de vin avant de partir hein !). Par moment, en toscane, les 12 litres de réserve étaient limite et nous avons acheté un bidon de 5 litre en plus car Véga avait besoin de beaucoup d’eau. Pour ceux qui ne le savent pas, on trouve de l’eau dans les cimetières, aux fontaines publiques, dans les stations service, dans les bars, chez l’habitant. Nous nous ne sommes vu refuser qu’une fois de l’eau pendant les 6 pois de notre périple.

réduit  20171117_142748

Outils et réparation : 1 massette (piquet de bivouac et tente), 1 machette (elle nous a sauvé la mise à 3 ou 4 reprises), 1 petite pince multiprise, 1 pince universelle, 1 tube de colle néoprène (réparation des sacoches et du seau,… ) 1 clé plate de 8 (resserrer les serres câble de la longe de bivouac), 1 pierre à affuter diamant, quelques mètres de cordelette dynéma 2 ou 3 mm avec tendeurs (fil à étendre le linge, lacet de secours, tendeur pour tente si vent fort, … ,  1 recharge pour briquets à gaz, 1 bombe anti agression au poivre (contre les patous. Nous n’en avons pas eu l’usage), 1 rouleau adhésif toile étanche (indispensable !), des morceaux de toile à bâche (ils nous ont servis pour réparer les sacoches et le seau de Véga), 1 tube de colle glu gel, 1 mètre couturier, 1 Speedy Stitcher et 2 aiguilles de rechange, 1 bobine de fil épais pour Stitcher, diverses tailles d’aiguilles à coudre, 1 bobine de fil à coudre polyester solide (au moins 100Nm), une 20aine d’épingle nourrice (servent aussi de pinces à linge) ciseaux, voir dans matériel âne, élastiques PM tirées de chambre à air de vélo et GM tirées de chambre à air de voiture, nécessaire de réparation pour matelas à air.

réduit  20171117_140412

Le seau pliant de Véga le Speedy Stitcher et une cordelette équipée de ses tendeurs

 

Matériel d’orientation et électrique

Eclairage nous avions chacun une frontale à batterie rechargeable intégrée géonaute de chez D4

GPS nous avions chacun notre GPS Garmin Etrex avec l’ensemble des traces préparées d’avance. Nous y avions installé les cartes Openstreetmap rando au préalable pour la France, Suisse et Italie.

Divers, pour chaque personne, 1 chargeur solaire (5V et 18watt, voir chez AliExpress), 4 accus AA de rechange pour le GPS plus 2 piles AA lithium en cas de détresse, 1 chargeur compact (Tekkeon MP1580) pour les accus AA,  1 casque pour écouter la musique, 1 liseuse, 1 smartphone, 1 chargeur secteur double prise USB de 2 ampères, 1 multiprise, 1 adaptateur ampoule B22 vers B22 avec 2 PC incorporées, 1 adaptateur ampoule E14 vers B22, cordons adaptés, et enfin  batterie autonome d’une capacité de 12000 ampères et qui délivre du 5 volts en 1 ou 2 ampères.

réduit  20171117_145740

Chargeur solaire, GPS, chargeurs, liseuse et accessoires

En plus, nous avions un mini PC Lenovo X201 qui nous a permis de mettre le blog à jour et nous a sauvé la mise lorsque nous avons dû changer nos traces suite aux intempéries et lorsque nous nous sommes vus refuser le passage d’une rivière par un bac. Nous avons fait la recharge du PC en terrain de camping, en gîte ou dans des bars.

Nous avions 1 forfait international sur l’un des smartphone qui nous a permis de bénéficier tout le temps d’internet et nous sommes servi de ce smartphone pour avoir internet sur le PC.

Publié dans Non classé | 3 Commentaires »

La fin du voyage

Posté par vegaroma le 22 septembre 2017

Voilà, le voyage à Rome avec notre ânesse Véga est terminé. 3600 kilomètres à pied, 40 kilomètres de dénivelé positif et presque 150 jours de périple nous ont permis de profiter de paysages superbes, voir et visiter des lieux magnifiques et chargés d’histoire et , c’est réconfortant, rencontrer des gens formidables,… et très très peu de gens moins formidables. Pendant ce temps, Véga, courageuse, volontaire, a été photographié des 10aines de milliers de fois.

Qu’en retenir ?

Fin avril, notre moral était au plus bas : pluie non-stop, affaires mouillées. De plus nous étions bloqués car tous les cols étaient fermés à cause des récentes chutes de neige.

Nous lançons des appels au secours dans différents centres équestre, et, grâce à Marina, du centre équestre d’Ependes près de Fribourg, nous entrons en contact avec Peter et Cornélia chez qui nous sommes restés 4 jours et qui ont tout fait pour que Véga puisse être référée, soignée de la grave blessure qu’elle s’était faite au sabot antérieur droit quelques jours auparavant, et qui nous ont fait passer gratuitement le tunnel du Gothard (plus de 200 kilomètres aller et retour pour eux !). C’est l’une de nos rencontres les plus marquantes parmi beaucoup d’autres.

Ce voyage, riche en rencontres, nous a permis de vivre des moments intenses : devant des paysages, en visitant des monuments historiques tel que le dôme de la cathédrale de Florence entre autre, mais le plus émotionnel a été la remontée de la grande et large avenue qui débouche sur l’esplanade de Saint Pierre de Rome.

Je ne saurais terminer sans remercier pour leur chaleur, leur dévouement, l’aide et le réconfort apporté (dans l’ordre de notre périple) :

 

Sandrine et Gilles Lemaire (Ânes en Vexin) France

Mme et M Gomez

Mme et M Duwer – France,

Véronique et Luc Mojard – France

Babette et Francis Bertin – France,

Marie, – France

Mme et M Plessy – France,

Adeline et Sophie – France,

Arlette et Jean – France,

Marie Louise et Raymond Leclerc – France,

Mme et M JL Troutet – France,

Barbara – Suisse,

Christophe Picard – France,

Daniel Bellande, (blog Nozanes)

René – Suisse,

Dora, Eveline et Peter – Suisse,

Jozefina et Stefan – Suisse,

Marlis – Suisse,

Anne Rose et Peter – Suisse,

Hubert – France,

Marine – Suisse,

Cornelia et Peter – Suisse,

Willy – Suisse,

Florinda – Italie,

Rosy, Jessica et Lorenzo – Italie,

Paola – Italie,

Isabelle et Cloe – Italie,

Rosa – Italie,

Carmello Gallo – Italie,

Federico Roman – Italie,

Virginia Campello et sa fille – Ilatle,

Alberto – Italie,

Maximiliano, Irène et Yvano – Italie,

Yascin – Italie,

Johnny – Suisse,

Mme et M Guignet et leur fille – Suisse,

Christelle et Eric – France,

Mr Gay – France

 

Et à tous les anonymes, qui, par un sourire, une parole gentille ont agrémenté notre chemin.

 

Merci à vous tous aussi pour vos commentaires laissés sur le blog.

réduit  20170623_111632réduit  DSC00403réduit  20170711_075850

Quelques exemples de fléchage pour piéton …. et automobiliste !

Publié dans Non classé | 4 Commentaires »

Du 1er au 14 septembre

Posté par vegaroma le 22 septembre 2017

La fin du voyage en page 6.

Presque 6 mois pour parcourir 3600 kilomètres, monter 40 kilomètres, visiter de belles villes et faire des rencontres inoubliables

Encore un grand merci pour vos commentaires

réduit  20170705_154139

Repos bien mérité pour Véga

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

6 – Retour, Suisse et France

Posté par vegaroma le 26 août 2017

Suisse retour

La trace Suisse en bleu. Pour la France, pas de trace car je fais le même trajet qu’à l’aller

DU 19 AU 26 AOUT

19 août, nous partons avec Martin d’Aoste à 6h30 du matin. Martine et moi dans la voiture, Véga dans le van. Martin qui, faisant une 40 aines de compétitions équestre à travers l’Europe, nous indique qu’il passe rarement par le tunnel du Grand St Bernard car les contrôles douaniers y sont presque systématiques. Véga doit avoir une bonne étoile car, comme à Sainte Croix à l’aller, aucun douanier à la frontière Italienne ni aux 2 contrôles Suisse ! Martin n’en revient pas.

Nous arrivons vers les 8h30 au camping de Martigny qui est situé en face du palais des congrès de Martigny ou se déroulent en ce moment la fin des championnats du monde de scrabble. Nous avons été heureux d’arriver à Martigny pour assister  au succès de Thierry Chincholle, vice champion du monde de scrabble. Bravo Thierry, je suis fière d’être membre du club de Saint Leu où je te coache tous les lundis, ou le contraire…. Dernier repas en amoureux puis, à 11 heures, séparation. Martine rentre en France avec Thierry et Laurent.

réduit  20170819_173749réduit  20170820_092047

Les Alpes vues de Martigny                                              Pont couvert à Martigny

20 aout, je me réveille à 6h30 alors que Martine n’est pas encore arrivée à la maison. Ca ne saurait tarder, un SMS arrive à 7 heures pour me rassurer. Première journée, seul avec Véga, depuis que je suis parti il y a 5 mois. La journée se passe bien. J’ai refait une trace qui privilégie les pistes cyclables afin d’épargner au maximum le dos de Véga. A Saint Maurice, je suis arrêté par une femme qui nous a doublés en mobylette et me demande de faire une photo. Avant de nous quitter, comme je lui ai parlé des blessures dues au bât de Véga, elle me donne un sachet de sel béni en provenance de l’Hermitage de Saint Antoine du désert. J’en donne immédiatement à Véga. Pour la guérison des blessures, …… à suivre. Bivouac le long du Rhône, à Massongex.

réduit  20170820_153321réduit  20170820_162533

Saint Maurice                                                                        Le Rhône

réduit  20170820_162857réduit  20170820_195345

Vue du bivouac, le soir …………………………………………….et le matin

21 aout, je continue à suivre le Rhône jusqu’à son embouchure dans le lac Léman. Arrêt au camping des horizons à Villeneuve qui nous accepte avec Véga. La journée a été ponctuée de rencontres agréables.

réduit  20170821_094347réduit  20170821_140103

La vallée du Rhône, étroite au début s’élargit et est envahie par l’industrie

réduit  20170821_165527réduit  20170821_202715

Eglise de Noville                                                                  Coucher de soleil sur le Léman

22 aout, après la douche et pendant que je démonte la tente, une voisine de camping m’offre 10 francs pour prendre un café et un croissant. C’est chose faite à la buvette du camping pendant que Véga proteste par des braiments véhéments car elle est pressée de reprendre la route. Rencontres agréables, puis, le midi, à Montreux, je suis abordé par Johnny qui veut faire une photo de Véga. Nous discutons longuement, il m’offre de la nourriture, et m’indique un chemin plus court pour rejoindre Yverdon qui en plus, me fait raccourcit et le kilométrage, et la traversée de Lausanne.  Nous passons le reste de la journée ensemble et il m’accompagne jusqu’à un lieu de bivouac, sur un terrain qui appartient à l’un de ses amis. Un grand merci à toi Johnny !

réduit  20170822_095823réduit  20170822_100001

Les Alpes vu du Léman                                                     Château de Chillon

23 aout, journée de beau temps dans les alpages. Le soir, Véga me fait comprendre qu’elle aimerait s’arrêter aussi, passé le village d’Ecublens, je cherche un pré non clos avec quelques mètres carrés plats pour planter la tente. Le terrain ad hoc se présente aussi vais-je demander l’autorisation à la maison attenante. J’y suis accueilli par la famille Guignet qui me prête leur salle d’eau, m’invitent à l’apéritif, et avec qui, en fin de compte je dîne et passe une excellente soirée.

réduit  20170823_091836réduit  20170823_162550

Le lac Léman va bientôt disparaitre                                de même que les Alpes

24 aout, la matinée commence par le soleil et se termine par une pluie d’orage violente qui continue sans interruption jusqu’à 17 heures. Je m’arrête à l’auberge de Biolet-Magnoux où le grand café que j’ai commandé pour me réchauffer m’est offert par le patron qui me donne une carte postale timbrée pour que je puisse envoyer de mes nouvelles. Je m’arrête 1 à 2 kilomètres plus loin car je trouve un bâtiment possédant un préau où je pourrai passer la nuit et un beau pré pour Véga. Damned, il s’agit du point de ralliement d’un stand de tir et il y a entrainement obligatoire ce soir de 18 à 20 heures. Pauvre Véga, après les Rafales à Saint Dizier, le bruit assourdissant des tir au fusil de guerre !  Après une frayeur lors des premiers tirs, elle s’habitue tant bien que mal et recommence à brouter. Il ne reste que l’odeur de la poudre.

25 aout, aujourd’hui, à la sortie d’Yverdon, j’ai emprunté notre trace de l’aller et ai reconnu certains passages ! Bivouac le soir au même endroit que le 8 avril, à Vuiteboeuf. Demain, montée sur Sainte Croix par la route (on va éviter la passerelle avec les chicanes et ses mauvais souvenirs hein !)

réduit  20170825_152220réduit  20170826_152216

Après plus de 4 mois j’aperçois à nouveau Sainte Croix. Inscription au dessus de la porte d’entrée d’une école !

26 aout, départ à 7h15. Bien m’en a pris, car la montée vers Sainte Croix, quoique longue (10 kilomètres) se passe sans problème. Il n’y a pour ainsi dire pas de voitures. Vers 10 heures, la circulation augmente mais je peux récupérer les chemins de la via Francigéna qui m’amènent à Ste Croix. Petite bière au café « 12 » tenue par une dame qui nous avait donné du pain rassis à l’aller et, j’ai la chance d’avoir la dernière chambre de libre à l’hôtel qui est à 20 mètres de la frontière. Demain matin, fin des aventures Suisse et retour en France.

DU 27 AU 31 AOUT

Passage de la Frontière toujours sans douaniers : je n’en aurai vu aucun malgré les 4 frontières passées. Comme j’emprunte le même chemin qu’à l’aller, j’évite tous les problèmes. Le soir du 27, c’est avec grand plaisir que je fais à nouveau halte à Vuillecin chez Monsieur et Madame LECLERC. Diner convivial et je repars le lendemain après avoir pris un petit déjeuner avec mes hotes et Jeau-Louis qui nous avait offert une bouteille de « remontant » à l’aller.

réduit  20170827_ornansréduit  20170828_chat.de  Jouxréduit  20170827_recyclage

Boite à lettres originale           Paysage du Jura Français                                                      Vue sur le château de Joux près de Pontarlier

Bivouac le 28 à Lods, au même emplacement qu’à l’aller. Le matin, j’ai la désagréable surprise d’avoir 3 ou 4 flaques d’eau à l’intérieur de la tente à cause de la rosée. Enfin, ne nous plaignons pas, il n’a pas plu, c’eut été sans doute encore pire !

réduit  20170828_paysageréduit  20170829_vallee lison

La vallée du Lison                                                              Le village de Lods

réduit  20170829_lodsréduit  20170829_vuillafans

Le village de Vuillafans

réduit  20170829_vuillafans (2)

En arrivant à Ornans

Le 30, après avoir traversé Besançon, je retrouve avec joie, en début d’après midi,  Sophie et Adeline à l’Etrier Bisontin. Heureusement que je fais à nouveau halte ici car ii tombe une pluie d’orage violente. Je passe la nuit bien au chaud alors qu’il ne cesse de pleuvoir dehors.

En prenant le petit déjeuner avec Sophie et Adeline, j’apprends que cette dernière s’est rendue à Bouffémont, tout près de la maison, il y a 2 jours ! Je serais arrivé avant à Besançon, je serais déjà à la maison qu’il me tarde de retrouver au bout de 5 mois.

Comme il est annoncé de la pluie pour toute la journée du 31, je reste au centre et en profite pour acheter une nouvelle tente, celle du départ ne protégeant plus du tout de la pluie.

DU 1er AU 14 SEPTEMBRE

Comme je reprends le même chemin qu’à l’aller, aucune surprise. Par contre, la route est jalonnée de souvenirs qui me reviennent en mémoire tant au niveau des paysages qu’au niveau des rencontres. C’est avec beaucoup de plaisir que je fais étape à Fontenelay, dans un vallon charmant chez Christelle et Eric ou je passe une soirée conviviale lors d’un repas familial. Je rejoins ensuite le canal entre Champagne et Bourgogne à Langres qui va m’amener à la fin de notre périple.

réduit  20170902_111257réduit  20170902_112127

Malgré un temps soit menaçant soit pluvieux, nous profitons pleinement des paysages

réduit  20170902_161818réduit  20170902_181631

Halte buvette près d’une belle fontaine                            Prêts pour le repos nocturne

Je bivouaque à la halte nautique de Champigny les Langres ou nous avions déjeuné à l’aller et y rencontre Monsieur GAY qui m’invite à prendre une douche et l’apéritif chez lui et vient me chercher le lendemain matin afin de m’amener au BricoMarché de Langres afin que je puisse acheter de la graisse pour les sabots de Véga qui sont trop secs.

réduit  20170903_145505réduit  20170904_104437réduit  20170906_114508

Véga fait ses prières !                                      Belle restauration                                                            Arrivée sur le canal

En remontant le canal, je suis abordé par Jean-Pierre, à l’écluse numéro 7 qui se souvenait de nous lors de notre passage en mars et attendait notre retour. Nous passons un agréable moment et déjeunons ensemble pendant que la tente sèche dans un pré.

Il faut dire que depuis Besançon, je marche entre les averses et plie une tente mouillée tous les matins !

A l’exception de 3 bivouacs, je me suis arrêté aux mêmes endroits qu’à l’aller. Véga m’a une fois de plus impressionnée en effet, en passant devant les bivouacs de l’aller où je ne me suis pas arrêté au retour, elle en prenait le chemin et je devais la rattraper et lui faire comprendre que nous allions nous arrêter plus loin ! La première fois, je n’y croyais pas, mais j’ai ensuite été obligé d’admettre qu’elle se souvenait des arrêts de l’aller. Qu’elle mémoire ces ânes !

réduit  20170908_094653réduit  20170908_094056

Autant il avait fallu motiver Véga à l’aller, autant au retour, elle y est allée toute seule !

réduit  20170908_141718réduit  20170913_110306

Rencontres le long du canal

Le 12 au soir, j’arrive à l’écluse de Couvrot et monte la tente (que je n’avais pu mettre à sécher car il a plu toute la journée) sous la pluie. Il pleut sans discontinuer jusqu’à 5 heures du matin. Le lendemain, Je vais prendre mon petit déjeuner au café de l’écluse, chez Maria où j’apprends qu’il va pleuvoir toute la journée et même toute la semaine. Je ne suis plus qu’à une 40aine de kilomètre du Mesnil. J’en ai marre de la pluie aussi, je téléphone à Sandrine qui viendra me chercher le 14 et nous ramènera, Véga et moi en région parisienne.

Ainsi se termine notre grande marche vers Rome, qui aura durée presque 6 mois pour faire 3600 kilomètres, monter 40 kilomètres et faire une moisson de rencontres formidables.

Publié dans | 5 Commentaires »

5 – Retour Italie jusqu’au col du Grand St Bernard

Posté par vegaroma le 6 juillet 2017

5 Via Francigena Italie_1_1022km5 Via Francigena Italie_2_1022km

 

DU 1er AU 6 JUILLET

1er juillet, en allant chercher Martine, belle surprise pour Jean-Pierre qui découvre ses filles et Mathieu venus lui faire un petit coucou. Super WE familial, gastronomique, culturel et spirituel pour certaine.

IMG-20170702-WA0016

3 juillet, départ sur les chapeaux de roue, arrêt brutal devant un filet d’eau que Véga refuse obstinément de passer. L’aide de 2 cantonniers n’y change rien. Seule, la patience la vaincra au bout d’une heure. Le soir nous posons nos valises dans un endroit charmant ce qui nous donne l occasion de vous présenter notre nouvelle maison. Ça fait un moment que nous pensons rénover notre habitation.

réduit  20170703_192535réduit  20170703_205531

Campagnano di Roma                                                       La cuisine style épuré

4 juillet, longue journée de marche sous un soleil de plomb. Il nous faut encore faire plus de 30 kilomètres pour trouver l’endroit idéal pour bivouaquer : un petit pré aux herbes odorantes et enivrantes.

réduit  20170704_135110réduit  20170704_171530réduit  20170705_132027

La salle à manger, vaste et aérée, la buanderie style Mère Denis et le jacuzzi

5 juillet, lever à 5 heures comme d’habitude, préparation efficace et rapide à tel point que nous laissons le piquet de longe de Véga sur place. Un vrai problème. Journée de marche agréable. Depuis l’aller, je constate que 4 endroits ont brulé. Nous assistons également à un départ de feu violent à 200 mètres de nous avant Vetralla.

réduit  20170705_081243réduit  20170705_113230

Sutri                                                                                        Enfin, un peu d’ombre

6 juillet, après une toute petite marche de 14 kilomètres, nous retrouvons avec joie notre ami Carmello à Viterbo. Toujours accueillant, il nous offre le déjeuner et le dîner. Toujours serviable, il réussi à nous faire fabriquer un nouveau piquet qu’il viendra nous livrer sur la route. Il invite aussi Jean-Pierre à améliorer son trot assis qui repartirait bien avec cette nouvelle monture (sans abandonner Véga bien entendu !)

réduit  20170705_154139réduit  20170706_194247

Véga au repos                                                                        JP prépare le prix d’Amérique

DU 7 AU 12 JUILLET

7 juillet, avant notre départ, Carmelo nous fait une démonstration de ses talents et de ceux de ses chevaux : pur émerveillement. Il nous donne rendez vous à Viterbo pour nous donner le piquet qu’il a fait faire sur mesure.

réduit  20170707_072608réduit  DSC00643

Carmello nous gratifie d’un spectacle somptueux.  Après l’effort le réconfort coucher de soleil sur le lac de Bolsena

Martine s’est blessée au pied, le grand apothicaire Jean-Pierre la soigne avec la pommade de Véga. Résultat époustouflant !

Grosse appréhension de Martine pour la montée de Montefiascone. Finalement, « fingers in the nose ». Lors d’un arrêt en ville pour rafraichir tout le monde, nous sommes combles par les habitants qui veulent chacun nous faire un petit plaisir. Ça nous vaut 2 interviews.

Nous trouvons l’endroit idéal pour planter la tente. Le voisin arrive avec : le seau d’eau pour Véga, vin blanc et glaçons pour nous.

8 juillet, passage par la petite ville médiévale de Bolsana, célèbre pour un miracle eucharistique sur lequel nous n’avons pas plus de détails.

Grosse frayeur  pour nous et Véga qui s’est  affalée sur les 2 mètres de pavés à franchir. Nous avons dû débâter pour l’alléger afin qu’elle puisse passer sans problème.

réduit  20170708_121832réduit  20170708_122817

Le charmant village de Bolsena (sauf pour Véga qu’il a fallu débâter pour passer 2 mètres de pavés glissants)

Le soir, nous avons bénéficié d’une synergie de bienveillances diverses pour nous trouver gîte et couvert .

9 juillet, le négatif de la journée c’est un nouvel incendie devant nous. Il faut croire que le pays s’enflamme à notre passage….

Le positif, c’est notre rencontre, à Aquapendente avec Giovanni. Visite privée pour Martine de la crypte de l’église du Saint Sépulcre où se trouve une croix venant de Jérusalem et un magnifique tabernacle de Della Robia.

Il organise notre soirée dans un gîte pèlerin à Ponte a Rido ou nous sommes accueillis par Alberto. Nous quittons le Lazio pour entrer à nouveau en Toscane.

réduit  20170709_104402réduit  20170709_170254

L’église du St Sépulcre à Aquapendente                         L’italie s’enflamme sur notre passage

10 juillet, arrivée à Radicofani qui nous regarde de haut. C’est un entrainement pour la suite. Il est fait chaud, il fait beau,…. On attend un nuage ! Bivouac avec les moutons.

réduit  20170710_084402réduit  20170710_162710

Radicofani qui cumule à 800 mètres                                Chapardege

11 juillet, RAS, JP en vient à regretter le froid Helvétique. Le soir, grosse galère. L’agriturisme réserve bien des surprises. Certains agriculteurs sont allergiques à l’âne. Damned, pas encore de douche aujourd’hui. Bivouac avec les abeilles.

réduit  20170711_075850réduit  20170711_171509

Tous les chemins mènent à Rome, à pied ou en voiture.  Paysage de Toscane

12  juillet, Martine s’est affalée sur le goudron. Elle ne peut plus lever le bras. Réalité ou feinte ??

Accueil dans un hôtel qui accepte les ânes et offre à Véga un cadre somptueux. Nous arriverons demain à Sienne.

réduit  20170712_085253réduit  20170712_105017

San Quirico d’Orcia                                                              Véga s’est fait une beauté

réduit  20170712_133428réduit  20170712_175629

Quinciano                                                                               Acceuil de Véga à l’hôtel ou elle profite du jardin

DU 13 AU 18 JUILLET

13 juillet, après une grasse matinée dans notre hôtel jusqu’à 6h15, après un petit déjeuner copieux, nous partons en direction de Sienne vers 8h15. Il nous faut emprunter la route nationale qui mène à Sienne pour récupérer notre trace si bien que la marche est stressante pour tout le monde.

La Sienne historique est une ville magnifique et importante dont la traversée se passe sans problème. Si nous avions demandé 1 euro par photo prise, nous aurions récolté plus de 1000 euros pendant le long parcours qui nous a menés d’une porte à l’autre.

réduit  20170713_130127réduit  20170713_131046réduit  20170713_132945réduit  20170713_133013

Sienne, incontournable

Bivouac au bout de 24 kilomètres car notre Véga donne des signes de fatigue.

14 juillet, journée très agréable, marche en sous bois. Nous passons à Monteriggioni pour faire des courses hélas, il s’agit d’une jolie ville musée uniquement tournée vers le tourisme : pas une carotte pour Véga !

réduit  20170714_105809réduit  20170714_112404

Monteriggioni

réduit  20170714_092847réduit  20170714_133029

Chateau privé dominant notre chemin                              On avanche, on avanche, est ce qu’on aura assez d’échenche…

15 juillet, la journée des 3 gués. Rien n’est jamais acquis avec Véga : 1er gué, il faut 2 heures de patience pour qu’elle se décide à passer. 2ème gué, passage à sec et ensuite, le 3ème, elle le franchi, à notre surprise, sans hésitation. Passage à San Gimignano. Très belle ville moyenâgeuse qui attire les foules de touristes.  Nous tombons sur la Brigitte Bardot de service scandalisée que nous fassions porter nos bagages par Véga. Nous terminons la journée à Pancole où la vierge Marie a fait un miracle en sauvant une famille de la disette, d’où l’église Notre Dame de la Providence. Providence qui nous a bien failli : nous espérions un gîte paroissial, nous terminons dans un champ en friche et bosselé.

réduit  20170715_110132réduit  20170715_141231

J’y vais ou j’y vais pas ?                                                      San Gimignano

16 juillet, JP change de pneus, ils donnaient des signes de fatigue au bout de 2000 kilomètres.

réduit  20170716_130418réduit  20170716_150119

Paysages de Toscane, avant et après le feu

réduit  20170716_210235réduit  20170717_060309

Tentures et matelas assortis orange tendance               Vue de notre chambre au réveil

17 juillet, un hôtelier qui s’était engagé à nous héberger se rétracte à notre arrivée, grosse déception ! Colère !

18 juillet, début de journée agréable. A Galleno, nous empruntons le chemin utilisé par Philippe Auguste au retour de la 3ème croisade. Après midi moins agréable, goudron et routes passantes. Arrêt à Porcari. Logement de luxe pour Véga et nous dans un hôtel équestre.

réduit  20170718_101950réduit  20170718_145238

Dans les pas de Philippe Auguste                                     Clin d’oeil à Nathalie….

 

DU 19 AU 25 JUILLET

19 juillet, la providence est de retour : Valentino, palefrenier à l’hôtel club hippique trouve la solution pour que les plaies dues au bât puissent enfin guérir en évitant les frottements. Traversée remarquée (Véga) de la belle ville de Lucca. Dans la journée, Renzo nous aborde et nous invite le soir chez lui à San Macario ou nous passons une soirée très conviviale. Merci à lui et à Laétitia.

réduit  20170719_082404réduit  20170719_151039

Valentino et Véga                                                                 La cathédrale de Lucca

20 et 21 juillet, journées olympiques pour Véga. Elle franchi un gué sans hésitation par un saut majestueux. Ensuite, elle a affronté une série d’escaliers tant en montée qu’en descente avec une grande maîtrise et un chemin abandonné dans les quel nous nous étions engagés, qu’il a fallu pour partie dégager à la machette. Le 21 au soir, après une après midi très éprouvante passée sur une route passagère, nous sommes accueillis par Don Joseppe qui nous ouvre la salle paroissiale très bien équipée pour des randonneurs. En remerciement, Véga tond la pelouse du presbytère de Mirtella.

réduit  20170721_091302réduit  20170721_091210

Véga férue d’art contemporain

réduit  20170721_101151réduit  20170721_110615

Massa                                                                                    Nous sommes en vue des Appenins

réduit  20170721_180724réduit  20170721_181517

Massa                                          L’escalier le plus facile

22 et 23 juillet, traversée de Carrare qui vit exclusivement de l’exploitation du marbre. Nous déambulons entre les blocs. Rien de spécial autrement sinon que nous empruntons des sentiers de montagne pentus sur lesquels Véga nous étonne par son courage à franchir les nombreuses difficultés. Le soir, nous espérions un hôtel, nous trouvons difficilement un bivouac à Aulla.

réduit  20170722_110341réduit  20170722_111854

De la montagne…………                                                      aux blocs de marbre…………….

réduit  20170722_112013réduit  20170722_184509

et aux œuvres                                                                    Sarzana

réduit  20170723_092442réduit  20170723_155608

Ponzano Supérieur                                                            Bibola

24 et 25 juillet départ sous des trombes d’eau. Les sentiers sont engorgés d’eau et provoquent la chute de Véga dans une fondrière. Débâtage, puis Jean-Pierre doit remonter les sacoches sur le dos. Le soir, nous trouvons un terrain de camping à Villafranca et décidons d’une journée de repos bien méritée après toutes ces péripéties.

réduit  20170724_104442réduit  20170724_113405

Atlas remonte les sacoches      Charmant petit pont sur notre route

réduit  20170724_161553réduit  20170724_162228

Virgoletta, vue générale                                                    et porte

 

DU 26 JUILLET AU 2 AOUT

26 juillet, tout le monde est en forme après une journée de repos, les paysages sont somptueux, les villages agréables, il suffit de se laisser porter…. Jusqu’à un arbre qui barre la route à Véga. Brave comme elle est, elle en débarde la moitié, le reste … pour Jean-Pierre.

réduit  20170726_110129réduit  20170726_120111

L’église de Filattiera                                                            Il faut un débardeur pour passer !

réduit  20170726_121519réduit  20170726_124432

Les Appenins                                                                       Village de Ponticello

réduit  20170726_173351réduit  20170726_173720

Pontremoli

27 juillet, journée harassante :  chaleur plus montée au col = grosse fatigue. De plus, la route nous aura réservée des surprises telle que passerelle suspendue avec, en prime, une chicane anti vélo. Le soir, nous trouvons le gîte pèlerin du Passo de la Cisa. Repas copieux et rencontres intéressantes.

réduit  20170727_101541réduit  20170727_152221

Découverte des Apennins

réduit  20170727_121249réduit  20170727_121102

Il ne me reste plus que le passage de gué

 

28 juillet, journée qui commence très bien à la fraiche mais qui ne va pas tarder à se gâter. Nous prenons un petit déjeuner à Bercetto où Véga, comme d’habitude rassemble sont fan club mais ne va pas tarder à déchanter devant un passage cavalier infranchissable. En fin de journée, Martine glisse et se foule la cheville. « C’est sûr, elle va moins bien marcher » : le maillon faible !

réduit  20170728_075556réduit  20170728_104328

Il n’y a pas que Véga qui porte des sacoches. Le fan club de Berceto

réduit  20170728_113141réduit  20170728_174021

Rien à faire, demi tour obligé                                             Ah qu’il est doux de glaner en marchant !

29 juillet, Martine a beau traîner la patte, nous marchons dans de beaux paysages. Nous souffrons tous les 3 de la chaleur et c’est avec soulagement que nous trouvons un endroit ou bivouaquer, entre l’autoroute, les usines à ciment et les canaux d’irrigation. L’orage menace. Nous montons exceptionnellement le double toit de la tente, avant que la tempête ne se déchaine et arrache un piquet. Nuit mouvementée. Nous avons quitté les Apennins pour la plaine du Po.

réduit  20170729_094028réduit  20170729_082954

On en oublierait la chaleur écrasante

réduit  20170729_114617réduit  20170729_204623

Eglise de Bardone                                                               Mathieu a indiqué à JP « par visioconférence » le bandage ad hoc

30 juillet, la journée débute mal avec Véga qui renâcle devant une passerelle en bois, mais se termine avec de belles rencontres : vers midi, nous sommes interpelés par l’amicale des anciens des troupes Alpines de Medesano. En fin d’après midi, Véga est invitée à prendre le gouter chez des riverainstr. Le soir, nous trouvons tous gîte et couvert à Castel Mezzana.

réduit  20170730_085301réduit  20170730_121251

Marre des passerelles !                                                       Boire un petit coup en parlant le volapuc

réduit  20170730_155234réduit  20170730_172201

Tracteur chenille adapté à la géographie                               Véga apprécie la pastèque

31 juillet, rencontre joyeuse avec des scouts. A Castionne Marchesi, la boulangère se démène pour nous trouver un lieu de bivouac. Ainsi, nous plantons la tente sur la place des fêtes du village. Accueil bien veillant de la pharmacienne et de la cabaretière.

réduit  20170731_101326réduit  20170731_140952

Scouts toujours prêts (près de Véga)                                 Fidenza

réduit  20170731_140859réduit  20170731_175815

Fidenza                                                                                   Le campo de la fiesta

1er et 2 aout, la chaleur nous accable : près de 40 degrés à l’ombre. Nous déambulons dans les champs de tomate Roma, l’or rouge de l’Italie…. Mais qui ne donne pas beaucoup d’Ombre. Bivouac à Paderma le 1er, hôtel à Piacenza le 2 pour Martine et moi, et hôtel particulier pour Véga.

réduit  20170801_094358réduit  20170801_095939

Abbaye de Chiaravalle della Colomba

DU 3 AU 10 AOUT

3 août,  journée des détours : arrivés à Ponte Trebbia, le pont est complètement fermé pour cause de travaux. Il aurait fallut faire un grand détour, en repassant Piacenza sans Vincenzo qui nous indique un passage à gué. Plus loin, la barque qui doit nous permettre de traverser le Po ne peut accueillir Véga. Il nous faut improviser et prendre un nouvel itinéraire qui nous amènera à Pavie. A Rottofreno, épuisés par la chaleur et les kilomètres, nous repérons un terrain situé en avant de la grille d’une entreprise. Martine s’adresse au personnel qui sort de l’entreprise pour négocier le site. Les employés sont favorables excepté le « caporal » et son « apprenti caporal » (dixit les employés). Ils avancent des problèmes de sécurité et de propriété pour nous expulser. Ils appellent la direction de l’entreprise, mais ce qui a permis d’emporter l’occord, c’est lorsque le « caporal » nous a demandé si nous étions arrivés avec la Panda qu’il aperçoit sur le parking. Les employés se sont tellement moqués de lui qu’il a fini par lâcher l’affaire. Il faut dire que Véga à l’arrière de la Panda …..

Dans la journée, le GPS nous avait lâché pour cause de chaleur excessive. On fête cette belle journée dans un restaurant gastronomique avec du vino blanco frizzante.

réduit  20170803_115838

Nous passons la Trebbia à gué. Le pont à notre droite

4 aout, nous longeons des champs couverts de panneaux photovoltaïques. Si le soleil produit de l’énergie, il aurait plutôt tendance à décharger nos batteries. Ca fait plusieurs jours que les 40° nous anéantissent. Nous plantons la tente à Stadella ou nous remarquons des crevasses dues à la sécheresse profondes de plus de 80 centimètres.

réduit  20170804_082921

Le soleil charge les batteries et décharge les notres !

5 aout, nous traversons enfin le Po par grand froid, il ne fait plus que 34°. Nous rencontrons Maximiliano et Irène qui nous consacrent plus de 2 heures pour régler les différents problèmes que nous avons avec Véga, dont le parage et le ferrage qui seront effectués le lendemain matin. Un grand merci à eux !

réduit  20170805_102333réduit  20170805_171458

La traversée du Po

réduit  20170805_135312réduit  IMG-20170806-WA0001

Max et Irène                             Véga fait un calin à Max

réduit  20170805_170558réduit  20170805_181854

Pont couvert à Pavie                                                               Vue sur Pavie

6 aout, parage et ferrage de Véga à 8 heures du matin par Yvano qui nous donne un nouveau produit pour éloigner taons et moustiques qui assaillent Véga. Départ vers 11 heures, et le soir, nous dormons dans un lit à l’accueil pèlerin de Gropello.

réduit  20170806_102858réduit  20170807_093731

Le long du Po                                                                       le cimetière de Gropello

Du 7 au 10 aout, longue traversée des rizières de la plaine du Po. Il faut dire que l’Italie est le 1er producteur de riz en Europe et exporte vers l’Asie. Le 9 aout, Véga a cumulé escalier abrupte suivi d’une passerelle étroite nous obligeant à débâter. Une fois de plus, elle a surmonté sa peur et nous a ainsi évité un détour de plusieurs kilomètres. Le 10, elle a franchie sa 1ère écluse. Nous terminons la journée à San Germano Vercelles avec les alpes en perspective.

réduit  20170806_145522réduit  20170808_122633

Dans les rizières                                                                 Envol d’ibis sacrés arrivés d’Afrique il y a une 10aine d’années

réduit  20170809_102833réduit  20170809_103504

Le must : escalier et petite passerelle

réduit  20170807_192549

Après la marche, le bain de pied et la binouze : le repos du marcheur !

DU 11 AU 18 AOUT

11 août, après avoir monté notre bivouac, et, opportunément le double toit, nous consacrons la soirée aux réceptions du voisinage attiré par Véga. Nous  essuyons un orage violent pendant la nuit, et après le café offert par une habitante, nous démarrons sous une pluie soutenue qui ne nous quittera pas de la matinée. Heureusement, Véga a refusé de prendre l’avant dernier virage d’une passerelle couverte, ce qui nous a mis à l’abri pendant une bonne heure.

réduit  20170811_111545réduit  20170811_101417

La passerelle : un cauchemar pour Véga, un abri pour nous (surtout prend ton temps Véga jusqu’à la fin de la pluie !)

réduit  20170811_163030

Les Alpes sur fond d’orage

12 août, depuis quelques jours, Véga nous inquiète, on sent une difficulté certaine à uriner à tel point qu’elle ne boit presque plus. Il nous faudrait urgemment un vétérinaire. Le matin, le propriétaire du motel de Viverone où nous avons passé la nuit nous indique un chemin pour retrouver la Francigéna.

réduit  20170812_110402réduit  20170812_102601

Au détour du chemin, la pancarte inespérée !

Au bout de 500 mètres, bingo : hasard ou providence ? nous tombons sur la pancarte d’un vétérinaire de campagne. Il diagnostique aussitôt un calcul et garde Véga en observation 1 journée. Retour au motel et farniente.réduit  20170812_111303

Le lac de Viverone

13 août, nous récupérons Véga en pleine forme et nous remercions Yascin et sa femme pour toutes les petites attentions et la mise à jour des papiers de Véga pour passer en Suisse. A Piverone, nous rencontrons le gérant de l’auberge pèlerin qui téléphone à sa collègue d’Ivréa où  nous passons la nuit.

réduit  20170813_121500réduit  20170813_172618

Vignes et Alpes                                                                     Martine, nouveau job : ramasse crottes

réduit  20170813_180600

Ivréa

14 août, journée agréable : temps clément, villages et paysages alpestres superbes. Le soir, nous entrons en pays d’Aoste où nous recevons beaucoup de marques de sympathie. Bivouac à Pont Saint Martin. Nous prenons contact avec Marina pour organiser le passage du Grand Saint Bernard que nous voulons éviter à Véga compte tenu de ses problèmes de dos dues au bât. Ils se sont réveillés depuis que nous avons repris les sentiers de montagne.

réduit  20170814_151932réduit  20170814_154051

La vallée d’Aoste

réduit  20170814_180400réduit  20170814_195255

Pont Saint Martin                                                               Cultures en terrasse à Pont St Martin

réduit  20170814_194417

Qu’elle est belle notre Véga !

15 au 17 août, RAS, toujours aussi beau, toujours aussi agréable, toujours des belles rencontres.

réduit  20170815_093359réduit  20170815_094221

Donna, le début du sentier Romain                                 Chemin pavé de galets

réduit  20170815_100855réduit  20170815_101604

Pont et forteresse de Bard

réduit  20170816_094909réduit  20170816_095654

A vendre (quelques travaux à prévoir)                            pour voir de près, ça se mérite !

réduit  20170816_101949réduit  20170816_104053

Véga prend sa liberté                                                         futur carrosse

réduit  20170816_142045réduit  20170816_155016

Face à face

réduit  20170811_145538réduit  20170813_123440réduit  20170814_122958

Villages de la vallée d’Aoste

18 août, en attendant Martin, nous sommes accueillis au camping des Iles à Aoste où Véga a été choyée.

 

Publié dans | 26 Commentaires »

12
 

A la découverte de la Patag... |
2016: Pérou,Guyane,brésil |
Abroadinaustralia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon clainclain de bord
| Die Schwarzwald
| Undessinvoyageur